Les pieds à l'effort et au repos

Publié le par Thierry

podologie.jpg    Les pieds parfaits sont très rares. En effet, la plupart d'entre nous sommes affectés de particularités : orteil un peu trop long ou trop court, oignon, etc.

Nos pieds réagissent aussi en fonction de notre activité et chez certaines personnes, le pied se creusera exagérément, alors chez d'autres, au contraire, il s'aplatira.

Très vite la question se pose :

''faut-il corriger les déviations ?''

     Si on prend l'exemple d'un pied plat, le port d'une semelle orthopédique peut (trop) facilement repositionner le pied et corriger le manque d'arrondi de la voûte plantaire. On prend alors le risque de favoriser l'atrophie des muscles qui sont précisément responsables du soutien de la voûte.

44-copie-1.jpg    Autre gros problème : le pied n'est pas le même lors d'un appui statique sur un podoscope et lorsqu'il est impliqué dans un mouvement de marche et plus encore, de course ! Désormais, avant de réaliser (trop vite) des semelles, le podologue moderne recourt à une technique qui consiste à filmer le pied en action, ce qui révèle des vices invisibles en statique.

    Avant de réaliser des semelles, le spécialiste doit prendre une décision difficile : fabriquer des orthèses correctrices , pour conformer le pied à son architecture normale ou plutôt celles qui stimuleront les muscles correcteurs ?

    C'est un travail très difficile et passionnant pour le podologue, mais pour l'athlète, c'est son avenir de coureur qui est en jeu !

    On sait que les pieds ne se comportent pas de la même manière selon qu'on se tient immobile ou en mouvement, mais à présent on réalise qu'il y a 2 autres paramètres à ne pas négliger : le type d'effort et la durée de cet effort.

enfant-adulte.jpg     Enfin, il faudra aussi tenir compte de l'âge du sportif, le podologue ne corrigera pas de la même façon, selon que le patient soit un enfant en pleine croissance ou un adulte ou encore un sénior.

    J'espère que cet article vous aidera, lors de votre prochaine visite chez votre podologue. N'hésitez pas à lui poser des questions précises sur sa façon de traiter votre pathologie.

 Article tiré du ''Sport et Vie'' n°126 

Commenter cet article