42.195 km

Publié le par Jean BERTHET

     Le 29 juillet, le COMINC organisera la 30ème  édition du marathon de Nouvelle Calédonie, d’où mon envie de pondre quelques lignes sur cette course mythique.

Pourquoi « marathon » ?

     Dans la Grèce antique, des messagers, les hémérodromes, se relayaient de cité en cité, pour acheminer les missives. En 490 avant JC, l’un d’eux, Philippidès, fut dépêché du champ de bataille de Marathon vers Sparte, pour demander de l’aide aux Spartiates afin d’empêcher les Perses d’envahir Athènes.

Philippides Ce valeureux messager aurait parcouru environ 224 km en 36 heures. D’ailleurs, cet exploit est, depuis 1983, commémorer chaque année par l’organisation du « Spartathlon », épreuve d’ultra qui emprunte le parcours qu’aurait suivi Philippidès.

Mais, les Athéniens ayant réussi à vaincre les Perses à Marathon sans l’aide des Spartiates,  Philippidès fut à nouveau convié à porter un message, mais cette fois à Athènes, à 41, 6 km environ, pour annoncer cette victoire. D’après la légende, il serait tombé mort d’épuisement aussitôt après avoir délivré la nouvelle. Cette version est toutefois contredite ; pour certains le messager serait Thersippos l’Eroeus et pour d’autres un certain Euclès !

coubertin.jpg

C’est pour commémorer cette prouesse que le baron Pierre de Coubertin inclut lors des premiers Jeux Olympiques de 1896, une course de fond entre le village de Marathon et le stade olympique d’Athènes. L’épreuve, longue d’environ 40 kms, fut remportée en 2h58’50’’ par le berger grec Spyridon LOUIS.

Après ces premiers J.O, des courses similaires virent le jour mais la distance n’était pas fixée et variait aux alentours de 40 km.

     En 1908, lors des J.O de Londres, la distance entre le point de départ situé au château de Windsor et l’arrivée devant la tribune royale au stade olympique « White City » était de 41,6 km. A la demande de la reine Alexandra, afin que la famille royale pût avoir une meilleure vue, le départ fut reculé jusqu’au bord du terrain de tennis. La nouvelle distance mesurée précisément à 26 miles et 385 yards soit 42195 m, fut choisie comme distance officielle du marathon en 1921.

 

Le marathon en Nouvelle Calédonie

     Il y a 120 ans, une course pédestre fut organisée le 18 septembre 1892, sur le trajet Nouméa-Païta et retour, soit une distance d’environ 60 km.

Déjà, lors des inscriptions, le comité organisateur se trouva devant un sérieux problème avec les candidatures de deux jeunes coureurs : Jean Kernevez, stockman âgé de 16 ans et Edouard Spahr, collégien de 15 ans et demi. Le comité finit par accepter les 2 inscriptions avec autorisations et décharges écrites des parents. Aujourd’hui, les 2 jeunes compétiteurs n’auraient pu participer, les distances maximales pour les catégories Minimes et Cadets étant respectivement fixées à 5 km et 15 km.

Des points de contrôle étaient placés à Dumbéa et au demi-tour à Païta; la foule était renseignée sur le déroulement de la course, à la Mairie de Nouméa,  par télégraphie.

Au 30ème km, à Païta, Jean Kernevez passa en tête avec 12 minutes d’avance et fut pointé en 3h33’ au PK.42 Malheureusement, au milieu du col de Tonghoué, blessé à un pied, il fut contraint à l’abandon. C’est alors que le minime Edouard Spahr se retrouva en tête et franchit la ligne d’arrivée en 6h33. Seulement 15 coureurs sur les 75 partants  terminèrent l’épreuve.

Alain-Lazare.jpg

     Si le COMINC, créé le 11 janvier 1983, organisa son premier marathon le 24 juillet de la même année (vainqueur : Alain Lazare en 2h20’53’’), d’autres épreuves se déroulèrent précédemment. Grâce à Denis Alcade (3ème des Championnats de France 1974 en 2h38’08) qui séjourna sur le Caillou de 1974 à 1980, nous pouvons rapporter les résultats suivants :

F24/11/1974 : 9 inscrits – 4 classés : D.Alcade 2h40’38, Y.Moglia 2h48’39,

A.Lazare 2h55’04 et M.Guépy 3h33’36

F28/06/1975 : 7 inscrits – 4 classés : D.Alcade 2h31’43’’, Y.Moglia 2h37’31, Colombo 2h52’43 et Guillemet 3h17’06

F19/07/1976 : 6 inscrits – 2 classés : D.Alcade 2h52’10, Y.Moglia 3h00’58

F21/10/1977 : 3 classés ; D. Alcade 2h46’22, JM Boulanger 2h50’12 et R. Trigalleau 3h16’

F10/07/1978 : 8 classés : D. Alcade 2h38’46, A. Lazare 2h49’26, JM Boulanger 2h49’27 …..

F06/07/1979 : 11 inscrits – 7 classés - Sélection pour les jeux de Suva – Minima : 2h50

A.Lazare 2h21’49, D.Alcade 2h43’59, JM Boulanger 2h44’18 …….

Aux Jeux de Suva, le 08/09/1979, Alain Lazare remporta la victoire en 2h30’57.

 

Records

Patrick-MAKAU.jpg Le record du monde est détenu depuis le 25/05/2011 par le kenyan Patrick Makau qui a réalisé 2h03’38 à Berlin.

paula-radcliffe.jpg La britannique Paula Radcliffe possède le record du monde féminin en 2h15’25 (Londres 2003).

Les records de France appartiennent à Benoît Zwierzchiewski (2h06’36 – Paris 2003) et Christelle Daunay (2h24’22 – Paris 2010)

     2 athlètes calédoniens ont marqué de leur empreinte le marathon international :

Nadia-PRASAD.jpg

Alain Lazare, recordman de France en 1984 en 2h11’59 (Tokyo) et Nadia Bernard-Prasad (2h29’48 – Los Angelès 1995).

Le japonais Hiroyuki Suzuki possède depuis 2000 la meilleure performance réalisée à Nouméa : 2h14’25.

Publié dans Divers

Commenter cet article

H
<br /> merci jeannot pour cet article super intéressant; on te savait prof d'SVT , pas mal aussi dans le rôle de prof d'histoire!<br />
Répondre
C
<br /> merci Jeannot pour cette retrospective et pour moi des elements tous nouveaux sur le monde du marathon . nous attendons de toi encore beaucoup d'articles dans ce genre .mais surtout essayer d'en<br /> garder des leçons . encore merci .<br /> <br /> <br /> josy<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
S
<br /> En 1974, 9 inscrits, en 2012 combien ?<br />
Répondre