Les vertus santé du miel

Publié le par Thierry

En plus d'être savoureux, le miel est doté de milles vertus pour notre santé. Contre le rhume, la fatigue, les problèmes digestifs :

découvrez tous les bienfaits de ce produit naturel.

Le miel, c'est juste du sucre ?

Plutôt que de sucrer votre thé ou votre tisane, vous optez pour la cuillère à soupe de miel ? Grand bien vous en fasse car le miel est paré de vertus que n'offre pas le sucre. D'ailleurs, quelle est la différence entre un morceau de sucre et une cuillerée de miel ?

Le sucre blanc tel qu'on le connaît est constitué à 99,9% de saccharose. Le saccharose est présent dans toutes les plantes chlorophylliennes, il est produit industriellement à partir de la canne à sucre et de la betterave sucrière. Il est constitué de deux molécules, le fructose et le glucose.

Un fort pouvoir sucrant et peu de calories

Le miel est, ça n'est un secret pour personne, très riche en sucres puisqu'il en contient entre 78% et 80%. Néanmoins, contrairement au sucre composé quasiment exclusivement de saccharose, plusieurs glucides, en différentes proportions, se trouvent dans le miel : Une majorité de fructose et de glucose.
Du maltose, du saccharose et d'autres polysaccharides en faibles proportions.
D'ailleurs, c'est la proportion entre ces différents sucres qui détermine la consistance du miel : s'il est plus riche en glucose, il se cristallise. Par contre, si le fructose l'emporte, il reste liquide.

Il faut également savoir que le pouvoir sucrant du miel est supérieur à celui du sucre. Traduction : à quantité égale, votre thé aura un goût plus sucré avec le miel qu'avec le sucre ! Par exemple, 3 morceaux de sucre blanc apportent la même quantité de glucides que deux cuillères à sucre de miel. En plus, ce dernier apporte moins de calories. Il n'y a donc aucune raison d'hésiter !

Prudence pour les diabétiques
Par contre, avec son fort taux de glucose, le miel a un pouvoir hyperglycémiant important, les diabétiques doivent donc limiter leur consommation et demandez un avis médical.

Enfin, le miel est également composé d'eau, entre 15% et 20% environ, de sels minéraux et d'oligoéléments, de lipides en faible quantité, de vitamines, B essentiellement, et de nombreux autres composés organiques complexes dont nombre d'enzymes.
Autant de bonnes raisons pour troquer votre poudre blanche contre du liquide brun !

Autres produits apicoles : gelée, pollen et propolis

Les abeilles sont de vraies petites bûcheuses, elles ne s'arrêtent jamais (ou presque) et servent toutes aveuglément leur reine. Organisées, travailleuses, elles ne chôment pas... pour notre plus grand plaisir. Sans détailler les nombreuses variétés de miel existantes (de châtaignier, d'acacia, en rayons, de romarin, etc.), il faut savoir que nos amies les abeilles produisent une multitude de produits : gelée royale, propolis, pollen.

Pollen
Oui oui, le pollen que les butineuses récoltent afin de nourrir leurs congénères est comestible. Non seulement le pollen peut nourrir les hommes mais, de plus, il est très nutritif. Par exemple, 100 grammes de pollen équivalent à 500 grammes de viande de bœuf ! C'est pourquoi il est particulièrement recommandé pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle.

Propolis
C'est un peu la pâte à tout faire dans la ruche. A la base, c'est une résine produite par les bourgeons de certaines espèces d'arbre. Transportée à la ruche, elle est mélangée à la cire et devient la propolis, une sorte de ciment pour réparer les éventuelles fissures. De plus, elle est utilisée par les abeilles comme isolant et comme antibiotique naturel. Ces
mêmes propriétés antimicrobiennes sont utilisées en médecine.

Gelée royale

La gelée royale est sécrétée par les abeilles ouvrières, entre le cinquième et le quatorzième jour de leur existence (ouvrières qui portent alors le nom de nourrices). Substance blanchâtre aux reflets nacrés, à consistance gélatineuse, de saveur chaude, acide et très sucrée, elle sert à nourrir les larves de la colonie jusqu'à leur 3ème jour et la reine une fois qu'elle a quitté la cellule royale.
Elle est composée de glucides (fructose et glucose en majorité), d'eau et de lipides. Très riche en vitamine B5 et en oligoéléments, la gelée royale est connue pour ses propriétés revitalisantes, stimulantes et euphorisantes.

Longtemps utilisé comme antibiotique

Parmi les innombrables usages thérapeutiques du miel, l'une des principales reste ses propriétés antiseptiques et antibiotiques.

Certaines caractéristiques du miel lui confèrent un pouvoir antibactérien important. Sa viscosité, par exemple, limite la dissolution de l'oxygène, assurant ainsi une meilleure oxygénation des tissus. D'autre part, sa faible concentration en protéines empêche les bactéries de croître correctement.

Un pouvoir cicatrisant

Avant l'apparition des antibiotiques, le miel était souvent utilisé dans le monde médical. Il était par exemple employé comme agent antiseptique pour la guérison des infections et pour soigner en douceur verrues, boutons d'infections et furoncles. Durant la 1ère et la 2ème guerre mondiale, il était utilisé pour accélérer la cicatrisation des plaies des soldats. Néanmoins, précisons que, pour l'instant, aucune étude scientifique ne s'est penchée sur l'effet antibactérien du miel.

Il a également largement été utilisé en tant que cicatrisant et, enfin, comme produit de beauté chez les Romaines et les Grecques qui prenaient des bains au lait et au miel pour tonifier leur visage.

Par ailleurs, il faut noter que la propolis est également un antibiotique, un antiseptique et un fongicide puissant et ça, même les abeilles l'ont compris ! En effet, elles en enduisent leur ruche afin de limiter la croissance de champignons et de bactéries. Pas folle l'abeille !

Une formidable source d'énergie

Il existe une multitude de miels : acacia, bruyère, châtaignier, eucalyptus, etc. avec des caractéristiques, des couleurs, des saveurs... et des propriétés différentes.
Mais ils ont évidemment des points communs. Ainsi, les glucides du miel sont en majorité le fructose et le glucose. Quelle différence avec le sucre tout court ? Et bien ces glucides sont très facilement assimilables par les cellules de l'organisme qui peuvent en tirer le carburant nécessaire à leur fonctionnement. En effet, parmi les différents glucides existants, tous ne sont pas assimilés de la même façon. Certains peuvent être composés de plusieurs molécules de glucose, glucide de base. Par exemple, le sucre blanc de base est composé de saccharose mais les cellules ne peuvent pas utiliser ce glucide, il doit être dégradé, en une molécule de glucose et une molécule de fructose, pour pouvoir être métabolisé.
Ce processus, même s'il n'est pas "lent" prend tout de même un certain temps. Par contre, avec le miel, ce problème n'existe pas puisqu'il contient majoritairement du glucose et du fructose que les cellules peuvent utiliser directement.

Dans l'Antiquité par exemple, les athlètes buvaient de l'eau miellée pour recouvrer rapidement leur force. Sucre à part, le miel contient une multitude d'oligoéléments qui lui donne des vertus énergétiques uniques, ou presque.

Autres produits apicoles

Les autres produits apicoles ne sont pas en reste question énergie :
Le pollen, est lui aussi hautement énergétique : en manger 100 grammes revient à manger 7 œufs !
La gelée royale permet à la reine d'une colonie, qui s'en nourrit exclusivement, de vivre jusqu'à quarante fois plus longtemps que ses congénères ! Même si cela n'est pas vrai chez l'homme, il n'en reste pas moins que la gelée, riche en protéines et en oligoéléments, est une source d'énergie formidable !

Une douceur pour la gorge

Il est d'usage d'agrémenter une bonne tisane d'une cuillère à soupe de miel pour soigner un vilain rhume. Loin d'être un reliquat de coutumes désuètes, ce geste est au contraire plein de bon sens !
En effet, il semblerait que le miel diminue l'adhérence des bactéries, les empêchant ainsi de se fixer et de proliférer. Ainsi, le miel aide à atténuer les maux de gorge et, dans le cas de toux sèches, à fluidifier le mucus.

A noter également l'intérêt du pollen dans le traitement du rhume des foins. Et oui, cela peut sembler paradoxal mais, finalement, cela revient simplement à traiter le mal par le mal, le principe même de l'homéopathie.

Enfin, il faut bien retenir que si le miel peut être un véritable plus dans le traitement du rhume, il ne suffit pas en soi car il ne s'attaque pas aux causes du problème. Si vos symptômes persistent, le mieux est d'aller consulter un médecin qui saura vous prescrire le traitement adéquat.

Bon aussi contre la constipation

En plus de fournir de l'énergie, de lutter les bactéries et d'adoucir les maux de gorge, le miel agit également sur la sphère digestive !
Il possède des propriétés diurétiques, laxatives et aide à lutter contre les constipations passagères. Il serait également bon contre les infections de l'estomac et de l'intestin.

Quant au pollen, il serait efficace dans le traitement des colites et des constipations également.
D'ailleurs, la possibilité de prévenir et de traiter certaines affections gastro-intestinales mineures comme une
inflammation ou un ulcère gastrique par une administration orale de miel n'est pas exclue.

En plus d'être bon pour la santé, le miel est bon tout court ! Avec un yaourt, sur un morceau de foie gras ou simplement sur un bon pain d'épices, il se savoure de plusieurs façons et plaît à tous. Aucune raison d'hésiter, plongez goulûment dans un pot de miel et profitez de tous ses bienfaits.

Histoire de lune de miel


Le miel est apprécié depuis la nuit des temps autant pour son goût délicat et sucré que pour ses vertus. Par exemple, savez-vous d'où vient l'expression lune de miel ? Hé bien il semble que dans l'antiquité, les babyloniens avaient pour coutume que le père d'une mariée offrait toujours à son gendre de l'hydromel (vin de miel). Ca n'est pas pour le saouler mais pour que son gendre puisse honorer sa femme avec force et vigueur pour au moins une lune...

L'histoire ne dit pas si cela fonctionnait réellement mais elle démontre que ses atouts curatifs et préventifs sont connus depuis des siècles.

Publié dans Diététique

Commenter cet article