Echapper au claquage musculaire.

Publié le par Thierry

La douleur vous transperce en quelques secondes avant de devenir sourde et durable, vous contraignant à abandonner pour quelques semaines toute activité sportive.
Le claquage musculaire *
est la hantise du sportif accompli comme de celui du dimanche. Apprenez à l'éviter.
Claquage.jpg

Le claquage musculaire est la hantise du sportif du dimanche comme du professionnel. © Getty Images

Le muscle est une merveilleuse et fragile mécanique. S'il est trop sollicité par rapport à sa capacité, certaines des fibres musculaires qui le composent peuvent se rompre. Sur le moment, la douleur est très vive et localisée. Après quelques minutes, un œdème apparaît à l'endroit atteint, souvent accompagné d'un hématome. Une seule alternative pour réparer les dommages : un repos de quatre semaines minimum. Le claquage musculaire est une blessure fréquente, alors qu'il peut être évité facilement.

Avant toute chose, pratiquez un sport à votre mesure. Nous ne sommes pas tous égaux devant le sport, loin de là. Avant d'entamer une nouvelle activité, vous pouvez demander conseil à un médecin, qui saura vous dire si ce sport est adapté à votre morphologie et à votre état de santé. Il vous dira également à quelle fréquence il est raisonnable de le pratiquer pour ne pas trop fatiguer votre organisme.

 

Vous devez également impérativement connaître le sport que vous allez pratiquer ou prendre des cours pour apprendre à le maîtriser. Rien de tel que des mouvements mal faits pour se blesser.

 

Echauffez-vous ! C'est la règle de base, on l'a tous entendue et, pourtant, souvent ignorée, par flemme ou faute de temps… Pourtant, l'échauffement est une phase primordiale : il permet à l'organisme de se mettre en route progressivement pour que, le moment venu, les muscles aient déjà assez d'oxygène à disposition pour fonctionner correctement. La période d'échauffement doit durer au moins une dizaine de minutes et être progressive. Sur la fin, adaptez-la au sport que vous vous apprêtez à pratiquer, en effectuant des mouvements spécifiques.

--tirements.jpgDans le même esprit, étirez-vous après la séance de sport. Cette phase est souvent négligée elle aussi alors qu'elle permet aux muscles de retrouver progressivement leur forme et leur position habituelles. Ainsi ménagés, ils seront plus frais et dispos pour la prochaine fois.


Musclez-vous.
Avoir une musculature équilibrée permet au corps de fonctionner au
mieux, sans trop solliciter certains muscles. Habitués à l'effort et toniques, vos muscles seront moins fragiles. Pour cela, il faut effectuer régulièrement des séances de Préparation Physique Générale et mais aussi de la Préparation Physique Spécifique à votre sport.




Buvez beaucoup d'eau.         Les muscles et transpiration.jpgl'organisme d'une manière générale en ont grand besoin pour fonctionner. Lors d'une activité sportive, notre corps en consomme d'autant plus, il est donc logique de boire plus qu'au repos.

Ménagez-vous ! Si vous en faites trop, vos muscles fatiguent et la blessure vous guette. Cela est valable aussi bien pour les sportifs réguliers que pour les occasionnels. Non entraîné, votre corps risque de difficilement supporter une reprise intensive. C'est une des raisons pour lesquelles on voit beaucoup d'accidents sur les pistes de ski par exemple. Des journées entières à faire travailler un corps habituellement assis sur une chaise de bureau, c'est loin d'être raisonnable. Les sportifs réguliers doivent, eux, se méfier d'une pratique trop intensive qui peut fatiguer l'organisme.

* Définition : Le claquage musculaire se produit lorsqu’il y a un étirement excessif d’un muscle. Par exemple, lors des départs en « sprint » où il se produit une contraction rapide du muscle alors que celui-ci est dans une position d’élongation. Les muscles les plus souvent victimes de ce type de traumatisme sont les mollets, les quadriceps et les ischios-jambiers.

Selon la gravité de la blessure, que l’on cote habituellement du 1er au 4e degré, le muscle peut avoir subi une simple élongation, une déchirure de quelques fibres ou de plusieurs fibres ou, dans les cas plus graves, une déchirure complète de tout le muscle.

Les signes et symptômes qui peuvent alors être présents sont une douleur locale, du gonflement, de la rougeur et chaleur au niveau du muscle blessé, une douleur ou incapacité à contracter le muscle en question.

Dans un tel cas, faites une compression de la région atteinte et l’élévation du membre afin de réduire le gonflement. Appliquez de la glace pendant 10 à 15 minutes à toutes les heures pour les prochaines 72 heures. De plus, quelques jours de repos sont conseillés afin de favoriser la guérison.

A NE PAS FAIRE
 Appliquer de la chaleur
Masser le muscle
Faire marcher le sportif
Mettre le muscle en position d'étirement

Si les douleurs persistent vous pouvez consulter votre physiothérapeute qui favorisera une guérison plus rapide de votre muscle et vous donnera les exercices appropriés pour une récupération optimale.

Commenter cet article

L
<br /> <br /> Thierry,<br /> <br /> <br /> Merci d'avoir seulement répondu..c'est si rare.N'hésitez pas à me donner vos coordonnées téléphoniques si vous êtes preneur de pistes je suis à votre dispo. Et croyez bien que le fait de ne pas<br /> être kinési ou autre "médical"ne pose aucun problème.J'attends votre réponse. Amitiés.A+.Léo.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> <br /> Bonjour Léo,<br /> <br /> <br /> Je suis intéressé par tout ce qui peut être utile aux athlètes de notre club, donc comme je vs le disais, si vs avez ce genre d'infos, je suis preneur.<br /> <br /> <br /> Par contre, je suis en Nelle Calédonie, pour échanger des infos, il me semble plus simple de communiquer par mel. Voici le mien: bisconetnc@gmail.com<br /> <br /> <br /> Bonne journée,<br /> <br /> <br /> Thierry<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br /> Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce qui est dit dans cet article..pas tout à fait.<br /> pourquoi? Je n'ai pas assez de place pour expliquer mais en échange je poserai deux questions: pourquoi sauf grande exception ce sont toujours les muscles du <br /> antigravidiques du MI, donc très toniques et   polyarticulaires qui payent le prix fort des "claquages"? pourquoi après une lésion importante du muscle (plaie par<br /> balle ou couteau) où il y a rupture importante des fibres musculaires, oedème et gros hématome, pourquoi donc n'y a-t-il pas d'impotence fonctionnelle totale et intantanée? J'ai des pistes<br /> interessantes si vous voulez vous pouvez m'appeler au 06 62 89 68 66. Léonardi René. Kinésithérapeute D.E. Amitiés.R.L<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> <br /> Bonjour Léo,<br /> <br /> <br /> Tout d'abord merci d'avoir visité mon blog. Je veux préciser que je ne suis ni thérapeute, ni spécialiste comme vs pouvez l'être.<br /> <br /> <br /> J'essaye simplement de donner des informations intéressantes destinées aux sportifs de notre club de l'ASPTT Nouméa. Pour mes articles je me base sur les infos trouvées sur l'Internet, sur des<br /> sites qui me paraissent fiables.<br /> <br /> <br /> Je suis bien sûr intéressé par toutes pistes et renseignements qui me permettrait d'élargir  et de compléter ces infos. Si vs pensez pouvoir m'aider, je suis preneur.<br /> <br /> <br /> Merci par avance,<br /> <br /> <br /> Thierry<br /> <br /> <br /> <br />